Un Réserve St-Pépin mon cher Bacchus ?

Article par : Annie Dion-Clément —

Un peu d’histoire
Le vin est pour les Grecs, dans l’Antiquité, le moteur économique de leur pays mais la place qu’il occupe dépasse largement cette sphère. Il a également une signification mystique. Les Grecs croient que lorsqu’ils consomment du vin boivent aussi le dieu Dionysos (1). C’est pourquoi ils organisent de nombreuses célébrations religieuses en son honneur de manière à ce qu’il favorise les bonnes récoltes de raisins.

Au moment où l’Empire romain acquiert de la puissance et que la Grèce est en perte de pouvoir, les dirigeants de l’Empire romain se méfient du culte que vouent les Grecs au dieu Dyonysos qu’on appelle Bacchus. Les Bacchanales, les fêtes dédiées à Bacchus sont donc interdites en 186 av. J.-C. Les raisons de cette interdiction évoquées par l’historien Tite Live sont la promiscuité sexuelle lors des célébrations et la détérioration des mœurs des citoyens.

Depuis les choses ont bien changé ! Le vin est désormais un élément essentiel à l’accompagnement d’un bon repas !

Sommellerie et dégustation
Étant une passionnée des vins et faisant à l’occasion des visites guidées sur le thème de la gastronomie et des marchés à Montréal, je me suis inscrite il y a deux ans au Wine & Spirit Certificate, un programme élaboré par la Wine & Spirit Education Trust, une école située à Londres en Grande-Bretagne. Elle a pour but de faire connaître aux amateurs et aux professionnels de l’industrie du vin les bases en analyse sensorielle et olfactive et la géographie de chacun des cépages.

À la fin du programme, le professeur a formé un groupe de dégustation à l’aveuglette avec les élèves de la classe. Plusieurs activités de dégustation sur des thèmes variés ont été réalisées comme les vins d’Espagne, les vins d’Italie, les vins du Portugal pour mettre en pratique les connaissances acquises durant la formation.

Lors d’une activité sur le thème des vins canadiens, j’ai découvert un excellent vin québécois, le Réserve St-Pépin. Pour préparer la dégustation, je me suis rendue à la SAQ sur l’Avenue Mont-Royal au coin de l’Avenue Papineau dans la section des vins canadiens et j’ai regardé attentivement les étiquettes. Je choisis toujours un vin si l’étiquette me plaie. Mon intuition esthétique me trompe rarement. J’ai été attiré par la fleur de lys dessinée dans le verre de la bouteille. C’est un détail simple mais il a touché mon petit cœur québécois !

La soirée venue, lorsque j’ai soumis la bouteille à mes collègues sommeliers recouverte d’un petit bas rose (tout neuf bien sûr) pour qu’ils ne puissent voir le nom et les inscriptions, ceux qui se trouvaient autour de la table n’ont pas été capables d’identifier le cépage ou la région vinicole. Les premiers commentaires ont été très positifs mais ils croyaient tous qu’il venait de la région de Vancouver ou de Niagara en Ontario, lieu où on cultive d’excellents vins canadiens. Ils étaient surpris de constater que nous avions des vins de cette qualité dans la région des Cantons de l’Est.

Je vous partage mes notes de dégustation.

LeonCourvilleVigneronLe Réserve St-Pépin
Le Réserve St-Pépin est constitué à 100 % du cépage St-Pépin. C’est un cépage adapté aux hivers froids du Québec. Il est fermenté et élevé pendant 16 mois sur un dépôt dans des barriques françaises et américaines. Le Réserve St-Pépin est fabriqué dans un vignoble situé sur des coteaux dans la région du Lac Brome sur la route des vins. Il tire avantage d’un microclimat qui permet de le vendanger à l’automne lorsque les raisins ont atteint leur développement complet. Son sol est caractérisé par sa pauvreté, son calcaire et son argile, ce qui favorise la création de vins singuliers.2

Mon carnet
Les étapes de l’analyse d’un vin sont essentiellement les mêmes que celles de l’analyse d’une œuvre d’art mis à part le gouté. On commence par s’attarder à la robe du produit. De quelle couleur est-il ? Le Réserver St-Pépin a une robe jaune dorée. Au nez, il émane des odeurs de fleurs blanches, de vanille, de pêches et d’abricots. En bouche, il permet de goûté la pomme verte, le muguet, l’abricot et la lavande.

Pour le déguster, je vous conseille de l’accompagner du fromage québécois Le Cendrillon qui a gagné le prix World Champion Cheese Canary Islands en 2009. C’est un formage de chèvre à pâte demi-ferme. C’est un vrai régal !!!

Pour la célébration du Nouvel An 2017, j’ai apporté chez mes amis Français le Réserve St-Pépin et Le Cendrillon. J’ai fait fureur !! J’étais vraiment heureuse de leur faire découvrir des produits du Québec.

À votre santé et bon festin !

(1) Hugh Johnson, « De Dionysos à Bacchus », dans Une Histoire mondiale du vin. De l’Antiquité à nos jours. Nouvelle édition. Paris, Hachette littératures, 1990, p. 64.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *